Collège Des 7 Fontaines

Collège – Andouillé

Mayenne
Sélectionnez une page

Interview de Carole HESTEAU, art-thérapeute

Jeudi 9 juin, au club Développement durable, nous avons eu la joie d’accueillir Carole Hesteau, art-thérapeute, spécialité Médiation par l’animal, accompagnée de la douce et paisible tourterelle « Crevette ».

Lorsque nous la contemplions dans sa cage, Crevette mangeait tranquillement du millet.

Carole nous a présenté ses autres animaux, avec lesquels elle travaille aussi en médiation : le chien « Bartok », les cochons d’Inde « Léon » et « Zitrone », le chat Bourvil. Nous avons tous beaucoup apprécié le lâcher de Crevette dans la classe, elle s’est laissée caresser, installée confortablement le long de nos bras, a volé sur des têtes, s’est posée délicatement sur nos mains…

La médiation animale permet d’accompagner des personnes vers un « Mieux-être ». Il s’agit d’une relation triangulaire : patient / Carole / animal. L’animal est utilisé comme lien entre le patient et nous. Instinctivement, les personnes sont apaisées par l’animal : l’apaisement provient simplement du fait de s’occuper d’un autre que soi. L’objectif peut être d’aider des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer*, très désorientées, de les ramener à l’« ici et maintenant ». Les animaux permettent aussi à des personnes polyhandicapées* de retrouver de la motricité. Par exemple, des personnes ayant perdu le goût pour des activités prennent plaisir à éplucher un légume simplement parce qu’ensuite elles vont ensuite donner à manger aux cochons d’Inde. Préparer le repas de Léon et Zitrone, c’est « faire des choses avec plaisir ». Elles ont ainsi un but. Certaines personnes acceptent de faire des exercice de motricité, uniquement en présence d’un animal.

Carole nous a dit avoir vu des personnes âgées qui ne bougeaient plus du tout tendre spontanément la main vers les tourterelles !

Carole intervient le plus souvent en FAM* et en ESAT*.

Son plus jeune public jusqu’à maintenant a été des petits de maternelle (3 à 5 ans), son public le plus âgées était des résidents en EHPAD*, dont l’une d’entre eux était âgée de 100 ans.

Carole nous explique que le plus gros accident concernant les excréments a été « un simple pipi d’un cochon d’Inde sur les genoux d’une dame », rien de grave. Il faut faire preuve d’organisation : elle utilise régulièrement des alèses pour les cochons d’Inde et des litières de qualité. Plusieurs animaux vivent maintenant dans des espaces extérieurs, en enclos, ce qui réduit beaucoup l’entretien en général.

Notre invitée veille à ne pas fatiguer ses animaux, ils ne sont sollicités qu’une fois par jour, soit le matin, soit l’après-midi, jamais durant une journée complète, et jamais deux jours d’affilé.

Elle n’a pas d’animal préféré, elle les aime tous et ils travaillent tous avec elle.

Carole a obtenu une licence en Musicologie, ensuite une formation en art thérapie et en agriculture, puis en médiation par l’animal. Enfin, elle est détentrice de l’ACASED*, attestation obligatoire quand on exerce une activité lucrative en rapport avec des animaux.

Un élève lui a demandé si elle avait déjà été affectée par la mort d’un animal. Carole nous a expliqué qu’elle était très attachée à une colombe, le premier animal qu’elle avait apprivoisé pour commencer la médiation. Plusieurs jours de suite, elle avait remarqué que les plumes de sa colombe était devenues ternes. Elle lui a administré des vitamines en pensant qu’elle souffrait juste d’une fatigue passagère. Un matin, ce fut le drame, une fouine avait réussi à pénétrer dans la cage et avait tué sa tourterelle (c’est sans doute pour cette raison que les jours précédents la tourterelle n’était pas dans son état normal, la fouine avait dû l’épuiser en la pourchassant à l’intérieur de sa cage). Après cet incident, Carole a construit un abri pour ses tourterelles avec un grillage beaucoup plus fin. Elle s’en est voulue d’avoir commis cette erreur.

Elle appréhende un peu parfois les publics trop nombreux ou trop agités pour ses animaux. Mais finalement tout s’est toujours bien passé. Certaines personnes âgées peuvent avoir peur de certains animaux en particulier (par exemple les cochons d’Inde ou les oiseaux), mais elle et le personnel soignant en ont conscience et il suffit de faire attention à ne pas approcher certains animaux de certains résidents.

Les animaux peuvent aussi avoir peur parfois. Elle se souvient d’un incident : une fois un cochon d’Inde à couiné de peur car il avait été saisi trop brutalement par une résidente. Cette personne n’était pas malveillante, ancienne agricultrice, elle avait tout simplement toujours été habituée à se saisir des animaux de cette façon. En fait le concept de la souffrance animale est assez récent et encore méconnu. Carole veille scrupuleusement à ce que tous ses animaux soient bien-traités lorsqu’ils sont manipulés.

Elle est toujours surprise de constater le calme et l’apaisement produit dans une classe de tout-petits par la présence d’un animal.

Chaque animal est particulier et possède son caractère propre. Il faut bien connaître ses animaux afin de ne pas les mettre en difficulté. Par exemple son chien Bartok adore jouer, attraper une balle, exécuter des tours, mais il n’aime pas rester immobile près d’une personne et se laisser caresser, il ne faut donc pas l’obliger à se laisser câliner mais privilégier avec lui des animations ludiques.

Même si « ce n’est pas toujours facile », Carole aime beaucoup son métier et « cela se voit » comme disent les élèves. Elle évoque pour nous la joie de trente tout-petits de maternelle avec

«  des étoiles plein les yeux » lors de la rencontre avec la tourterelle Crevette. Ses souvenirs les plus magiques, dont elle est le plus fière : une fois, à la fin d’un atelier, son chien Bartok est allé spontanément réclamer un morceau de madeleine à une résidente, celle-ci était très émue et a retrouvé une joie du passé, c’était comme si tout à coup elle se sentait à nouveau chez elle et a dit : «ça fait tellement longtemps que je n’avais pas donné à manger à un animal ! ». Un jour, elle a présenté Crevette à un monsieur qui ne parlait plus…celui-ci s’est mis à parler à l’oiseau et lui a fredonné une chanson !

Maladie d’Alzheimer : La maladie d’Alzheimer est une maladie du cerveau. La personne atteinte de cette maladie perd progressivement ses capacités à effectuer seule les activités de la vie quotidienne.

Polyhandicap : Le polyhandicap n’est pas une maladie en soi, mais une association de déficiences et d’incapacités correspondant à plusieurs types de causes. La personne souffre de plusieurs handicaps à la fois.

FAM : Foyer Médical Médicalisé

ESAT : Etablissement et Service d’Aide par le Travail

EHPAD : Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes

ACASED : Attestation de Connaissances pour les Animaux de Compagnie d’Espèces Domestiques.